«

»

Dec 22

La pose d’un bardage à clin

Changeons de sujet pour ce week-end, après plusieurs exemples de magnifiques réalisations architecturales, et revenons à la technique. Voyons comment habiller votre mini maison, comment la protéger avec la pose d’un bardage à clin. Il faut comprendre que dans une construction à ossature bois, le bardage est un des revêtements les plus faciles à poser.

Définition d’un bardage

Un bardage est un revêtement extérieur réalisable en différents matériaux :

  • Naturels : bois, pierre, terre cuite.
  • Industrialisés : composite, PVC, fibre ciment, acier, alu, zinc.

Fixé sur une ossature, il est constitué de lames ou de plaques (composite) qui vont jouer le rôle de seconde peau protectrice des intempéries, neige, pluie, vent, soleil. En plus d’être protecteur, un bardage va jouer un rôle de protection contre les chocs, ainsi qu’un rôle esthétique (possibilité de poses variées) et décoratif (possibilité du choix des couleurs).

En ce qui concerne la pose d’un bardage bois, on a tendance à penser qu’il n’existe qu’une façon de barder, alors que les solutions sont multiples.

La pose d’un bardage à clin

Parmi les possibilités du bardage bois, la plus facile et la plus traditionnelle, c’est la pose d’un bardage à clin.

Le bardage à clin est ce qu’on appel un bardage à lames non usinées. Il se compose de planches brutes de sciage que l’on pose en chevauchant les lames partiellement. Un chevauchement correct ne dépassera pas un dixième de la largeur de la planche.

Pose bardage à clin 01 La pose dun bardage à clin
Principe du chevauchement du bardage à clin

On oppose le bardage à clin au bardage à lames usinées, qu’elles soient rainées, bouvetées ou feuillurées, bardage où l’assemblage ne présente aucun jeu et où le clouage n’est pas apparent.

Le choix des pointes est important. On les choisira plutôt en acier inoxydable, voire en alliage d’aluminium, certains bois comme le Douglas ou le Red Cedar pouvant corroder certains métaux, en particulier le fer. On choisira toujours ces pointes annelées ou crantées pour une bonne tenue dans le temps. Des pointes lisses auront tendance à ressortir sous l’effet du gonflement du bois et de sa rétraction, suivant les saisons. Enfin, veillez à ce que la pointe mesure au moins 2,5 fois l’épaisseur du bardage pour une bonne accroche dans le support.

Le choix des clins

On va trouver principalement trois types de clins :

  • Le bois massif résistant : le Cèdre rouge (Red Cedar), le Mélèze, le Châtaignier. Des essences de bois particulièrement résistantes grâce à leurs tanins et qui se passent de traitement fongicide et insecticide. Ces essences se comportent bien dans le temps et résistent aux agressions climatiques en changeant seulement de couleur (les lames vont griser).
  • Le bois massif autoclave : ce sont principalement des résineux, Epicéa, pin Douglas, pin Sylvestre. On trouve aussi du peuplier. Ce sont des essences de bois qui sont traitées chimiquement à chaud avec des sels pour les protéger des attaques des insectes. Comme se sont souvent des essences claires, le traitement à tendance à verdir le bois. Cette couleur verte aura tendance à noircir avec le temps. Pour éviter cela, il est bon de lazurer le bois régulièrement. Il existe une méthode un peu similaire qu’on appelle le bois rétifié, un séchage à très hautes températures sans produit chimique qui modifie la structure du bois au point d’augmenter sa durabilité comme les essences exotiques.
  • Le bois reconstitué : c’est un bardage fabriqué à partir de fibres hautes densité, hydrofuges (Eucalyptus), sans colle ni liant chimique. Ce bardage qui intègre un traitement fongicide et insecticide dès la fabrication, a une stabilité, une résistance aux intempéries et aux UV garantie. Sa texture reproduit en général la texture du bois.

Pose bardage à clin 02 La pose dun bardage à clin
Bardage bois massif

Les différentes poses

La pose d’un bardage à clin peut se faire de manière traditionnelle, à recouvrement horizontal. On cloue la première lame en bas sur des tasseaux verticaux, puis on la recouvre avec la suivante sur quelques centimètres pour le bon écoulement de l’eau, et ainsi de suite.

On peut aussi poser du bardage à clin à la verticale, mais il faudra alors dans ce cas veiller à protéger les lames en tête avec une moulure afin d’éviter l’infiltration d’eau.

On veillera aussi à poser un système de double tasseau pour du bardage vertical, tasseaux et contre-tasseaux, pour une bonne ventilation sous le bardage. La norme DTU 41.2 « revêtements extérieurs en bois » spécifie qu’une lame d’air au minimum de 10 mm doit se situer entre le pare-pluie et le bardage. Dans la pratique, 15 à 30 mm d’épaisseur est parfait.

Si l’entraxe de votre ossature de tasseaux ne dépasse pas 40 cm, vous pouvez utiliser des tasseaux de 22 x 40 mm. Si votre entraxe est de 60 cm, vous prendrez des sections de 27 x 40 mm.

Enfin, la DTU 41.2 spécifie qu’une distance de 20 cm du sol est préconisée pour la pose de la première lame.

Incoming search terms:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>