«

»

Dec 01

Isoler un plancher bois sur dalle de béton

Comment isoler un plancher bois sur dalle de béton ? Quand on sait que 10% des déperditions de chaleur dans une maison se font par le plancher, cela vaut la peine d’y penser. Alors pour ce week-end, je vous ai concocté cette petite réflexion sur l’isolation des plancher bois sur dalle béton. Je ne traite pas de toutes les techniques et toutes les possibilités. Non, juste le parti pris de techniques saines, efficaces qui vous garantissent une bonne isolation.

Isoler un plancher bois sur dalle de béton

Partons du postulat que nous allons isoler un plancher bois au rez-de-chaussée dans une maison ossature bois construite sur une dalle en béton (sur terre plein ou sur vide sanitaire peu importe).

Reste alors à définir l’épaisseur de l’isolation. Il y a polémique sur le sujet. Certains vous diront que 200 mm suffisent, d’autres qu’il faut 400 mm d’isolant. Je pense qu’une moyenne de 300 mm est le minimum pour répondre à des normes de plus en plus exigeantes, comme la RT 2012 ou les normes BBC. Tout va dépendre de la qualité des isolants que vous allez utiliser.

Paradoxalement, les isolants moins écologiques ont une résistance thermique plus importante. Un panneau de laine de verre d’une épaisseur de 100 mm aura une résistance thermique R=3,12 alors qu’un panneau de laine de bois de même épaisseur affichera R=2,63. Donc une isolation de 200 mm en laine de verre affichera une R=6,24 alors que 200 mm de laine de bois affichera R=5,26. Mais 300 mm de laine de bois affichera R=7,89.

On voit donc qu’en jouant sur les épaisseurs, on peut avoir une très bonne qualité isolante, avec en plus une qualité environnementale et allergisante meilleure. Pour rappel, la laine de verre peut entraîner des allergies, notamment respiratoires. Pas la laine de bois, la laine de chanvre ou la ouate de cellulose, dont le processus industriel est moins énergivore et moins impactant sur l’environnement que le processus industriel de la laine de roche ou laine de verre.

Plancher bois sur dalle de béton

Je vous propose une technique avec des poutres en I. Le gros avantage de ces poutres en I hybrides, (deux montants en bois plein et une âme en bois multiplis), c’est qu’elles sont légères, qu’elles tolèrent des grandes portances avec une plus haute charge admissible. Qu’elles proviennent de marques allemandes ou finlandaises, elles sont garanties provenant de forêts gérées durablement.

Pour une pose sur dalle de béton nous allons opter pour deux solutions :

Première solution

Des poutres en I de 45 x 300 mm de hauteur, placées avec un écartement de 600 mm d’axe en axe.

Les poutres sont directement visées dans la dalle au travers des montants de 45 x 45 mm des poutres avec des vis à frapper inoxydables (vis et chevilles intégrées) environ tous les 80 cm en quinconce. Pour isoler les poutres des remontées d’humidité, découper une bande de 50 à 60 mm de papier goudronné (celui qu’on utilise pour les toitures) sur toute la longueur de la poutre.

Entre deux poutres on place un panneau d’OSB3 10 mm qui vient reposer sur les deux rebords des poutres en I, cela crée un petit vide d’air de 45 mm dessous.

Sur ce panneau d’OSB3, entre chaque poutre vous placer des panneaux de laine de bois semi-rigide en 160 mm d’épaisseur que vous croisez avec une seconde épaisseur de 80 mm, soit 240 mm d’isolant. Vous êtes presqu’au bord supérieur des poutres. Cet isolant est vendu en largeur de 575 mm ou 600 mm (vous comprenez pourquoi j’ai mis les poutres en I à 600 mm d’axe en axe).

Vous tendez sur les poutres un film pare-pluie collé avec des bandes sur la tranche des poutres.
Vous coller ensuite sur la tranche des poutres par dessus le film pare pluie des bandes de 45 mm de feutre de jute de 5 mm d’épaisseur. C’est un isolant acoustique.

Vous vissez par dessus des panneaux d’OSB3 de 22 mm d’épaisseur. Ces panneaux ont la particularité d’être rainurés-bouvetés ce qui permet de les joindre parfaitement.

Vous placez ensuite des panneaux de lège de 40 mm sur lesquels vous étalez du feutre de jute 5 mm d’épaisseur en rouleau.

Il ne vous reste plus qu’à poser votre parquet massif flottant directement sur le feutre de jute.

Vous avez une résistance thermique d’environ R=7,5 (Laine de bois 240 mm R=6,31 ; OSB3 R=0,18 ; Liège 40 mm R=1) sans compter l’épaisseur de votre parquet.

Isoler plancher bois dalle béton 01 Isoler un plancher bois sur dalle de béton
Schéma du principe d’isolation

La deuxième solution

Des poutres en I un peu moins haute de 45 x 220 mm de hauteur, placées avec un écartement de 500 mm d’axe en axe.

Comme pour la première solution, les poutres sont directement visées dans la dalle au travers des montants de 45 x 45 mm des poutres avec des vis à frapper inoxydables (vis et chevilles intégrer) environ tous les 80 cm en quinconce. Pour isoler les poutres des remontées d’humidité, découper une bande de 50 à 60 mm de papier goudronné (celui qu’on utilise pour les toitures) sur toute la longueur de la poutre.

Entre chaque poutre vous remplissez avec de la ouate de cellulose en vrac jusqu’au bord supérieur des poutres.
Vous tendez sur les poutres un film pare-pluie collé avec des bandes sur la tranche des poutres.

Vous coller ensuite sur la tranche des poutres par dessus le film pare pluie des bandes de 45 mm de feutre de jute de 5 mm d’épaisseur. C’est l’isolant acoustique qui va éviter que votre parquet ne grince.

Vous vissez par dessus des panneaux d’OSB3 de 22 mm d’épaisseur. Ces panneaux ont la particularité d’être rainurés-bouvetés ce qui permet de les joindre parfaitement.

Vous placez ensuite sur l’OSB3 des panneaux de fibre de bois rigide de 80 mm d’épaisseur sur lesquels vous étalez du feutre de jute 5 mm d’épaisseur en rouleau.

Il ne vous reste plus qu’à poser votre parquet massif flottant directement sur le feutre de jute.

Vous avez dans ce cas une résistance thermique d’environ R=8,55 (Ouate de cellulose 220 mm R=6,27 ; OSB3 R=0,18 ; Laine de bois 80 mm R=2,10) sans compter l’épaisseur de votre parquet.

Isoler plancher bois dalle béton 02 Isoler un plancher bois sur dalle de béton
Installation ouate de cellulose en vrac entre poutre en I

Comme vous pouvez le constater, la deuxième solution vous donnera une résistance thermique encore plus forte (donc meilleure isolation) parce qu’on combine les matériaux isolants (ouate de cellulose et laine de bois) avec une épaisseur de plancher d’environ 332 mm hors épaisseur du parquet flottant (contre 372 mm pour la première solution).

Mais l’une comme l’autre, ces solutions sont acceptables. Vous aurez une isolation parfaite car la laine de bois, comme la ouate de cellulose, sont des matériaux qui en plus d’être isolant, sont respirant et ouvert à la vapeur d’eau. Vous avez juste à apporter un soin particulier aux jonctions avec les murs pour empêcher les ponts thermiques, et je vous promets que vous n’aurez besoin que d’un minimum de chauffage l’hiver.

Bonne construction.

Incoming search terms:

3 comments

  1. Herbert

    MErci pour cet article bien détaillé bien expliqué ! Ca vaut effectivement le coup (ou le cout) de s’y pencher ! De belles économies en chauffage en perspective et un plus grand confort !

  2. Patrick

    Peut-on gagner sur l’épaisseur? 33 cm c’est beaucoup! Merci et bravo!

    1. farang

      Bonjour Patrick,

      on peut toujours gagner de l’épaisseur mais souvent au détriment de l’isolant. Si vous habitez dans une région favorisée au niveau climat, ce n’est pas un problème. Mais si vous recherchez la performance énergétique, cela peut en être un. De plus, la nouvelle réglementation thermique RT2012 pour la construction neuve, vous imposera par la force des choses de placer une certaine épaisseur. 33 cm, ce n’est pas si énorme, beaucoup de maisons dites passives, ont des épaisseurs de plancher de 40 cm.

      Bonne journée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>